Shame On You

Nous avons honte, M. Le Président !

Nous avons honte pour notre président de la République. Lui qui, à l’occasion du lancement du tome 1 de ses « Convictions républicaines », et pour  magnifier ‘les relations particulières entre la France et le Sénégal’ (la première censée avoir toujours fait montre de ‘respect’ envers le second), vient de nous sortir l’énormité suivante : « … Ils (les Français) nous ont colonisés… et ils ont toujours respecté les Sénégalais, parce que le régiment des Tirailleurs Sénégalais était dans les casernes, ils avaient droit à des desserts pendant que d’autres Africains n’en avaient pas… » !

Bien entendu, les internautes s’en sont donné à cœur joie à travers la Toile. Mais plus sérieusement, il nous semble que les Sénégalais ont toutes les raisons de se poser un certain nombre de questions, relativement à la manière de penser du Chef de l’Etat qui n’en est pas à sa première bourde, loin s’en faut !

La première question, à notre sens, porte sur la vérité historique de l’assertion présidentielle. Le président Macky Sall devrait tout de même savoir que le terme générique ‘Tirailleurs Sénégalais’ désignait quasiment tous les ressortissants africains originaires des ex-colonies françaises qui étaient enrôlés sous le drapeau français pour défendre ‘La Métropole’ ou la ‘Mère-Patrie’, et cela, sans distinction d’origine territoriale. Entendons-nous bien : il n’était guère fait de différence entre les originaires du Dahomey, du Soudan, du Togo, ou du Sénégal… Par contre, il y avait bien une distinction, voire une ségrégation coloniale qui était faite parmi les colonisés (selon l’adage bien pratiqué du ‘diviser pour mieux régner’) entre, d’une part, les ressortissants des ‘Quatre Communes’ (Saint-Louis, Rufisque, Gorée et Dakar) qui avaient la qualité de citoyens français et, d’autre part, tous les Africains (y compris ceux … du reste du Sénégal). Dès lors, comment pouvait-on, dans les distributions de desserts, distinguer les ‘privilégiés sénégalais’ de leurs congénères de l’ex-Afrique Occidentale Française ? Cette question devra trouver réponse pertinente pour accréditer le discours présidentiel. Autrement, on bute (déjà) sur une contre-vérité historique.

Ce qui est cependant avéré, c’est que les citoyens des Quatre Communes bénéficiaient bien évidemment d’un traitement par rapport auxes originaires d’autres colonies. Mais comme nous le fit remarquer malicieusement un ami : les grands-parents du président Sall, originaires du Fuutaa, tout comme du reste  ceux de votre serviteur, natifs du Siin, dans le Jaxaaw, ou encore ses grands-beaux-parents de la verte Casamance… n’auraient ‘malheureusement’ pas été comptés parmi ces privilégiés, nonobstant leur ‘sénégalite’ avérée.

Tout cela montre bien, au regard des faits historiques, l’impertinence de la distinction supposée faite entre les ‘autres Africains’   et les ‘Sénégalais’, lesquels auraient été particulièrement « respectés » par les Français.

Mais, au-delà de cette impertinence historique, la gravité du propos présidentiel est à chercher, nous semble-t-il, dans le sens caché des mots. Car, en raisonnant par l’absurde et à supposer même la véracité historique des faits rapportés, quelle gloriole les Sénégalais pourraient-ils tirer de la préférence du Tubaab pour eux, conte leurs frères de sang, de rang et de condition ? Une telle attitude n’est-elle pas de nature à conforter la thèse de ‘la mentalité de traîtres’ des ‘collabos’ sénégalais ? Il est vrai que l’histoire de l’humanité est jalonnée de faits d’armes et de crimes barbares ; et parmi les peuples soumis, il s’est toujours trouvé de petites gens qui croyaient tirer leur épingle du jeu en tournant le dos à leur communauté, pour servir l’envahisseur. Ces ‘collabos’ subsistent encore malheureusement dans nos sociétés modernes, postcoloniales : le dos courbé, l’œil fourbe, accrochés au rempart de leurs intérêts égoïstes, rampant et léchant les bottes de la Force étrangère. Et il est indéniable que l’Afrique, dans un passé récent, a eu ses Bokassa, Idi Amin Dada et autres Eyadema… Cette race que l’on croyait à jamais ensevelie dans les abysses de l’Histoire, aurait-elle le don de la régénérescence éternelle en Afrique, et en particulier au Sénégal ?

Mais encore, en dehors de toute contingence historique, on peut se poser cette question fort simple : par quel processus mental, le colonisé (l’ex-colonisé ?), au lieu de haïr la condition de sous-homme à laquelle il est assujetti, au lieu de maudire et combattre le Responsable de cet acte ignoble, ce crime contre l’Humanité, comment donc le colonisé se met-il en position de revendiquer ou de quémander la ‘considération’ et le ‘respect’ de son bourreau ? La colonisation, une histoire ancienne ? Certainement pas !… Sinon, que ferait-on de ces éternels colonisés à la mentalité serve, et qui, pour notre grand malheur, gouvernent parfois – et comme des Seigneurs, s’il vous plaît ! – nos micro-Etats africains ?

Le président Sall a été décidément bien mal inspiré ce soir-là, quand il s’est mis, non pas à dénoncer ou tout au moins à déplorer les conséquences monstrueuses de la colonisation sur le Devenir, le Destin du continent africain, mais plutôt à se frapper la poitrine pour… de minables desserts !

On comprend  dès lors toute la gêne du philosophe-Conseiller de Son Excellence, Monsieur El-Hadj Hamidou Kassé (qui, à l’occasion d’une interview, a eu tant de peine à fixer la caméra, et donc son interlocuteur virtuel) quand il a entrepris de défendre… l’indéfendable ! par un « C’était de la boutade… ». Ni plus, ni moins !

Google, accessible à tout un chacun, nous donne la définition du terme ‘boutade’ : « propos destinés à faire rire, à amuser », « propos ou acte visant à se moquer»,
« chose peu sérieuse, dérisoire ».

Le président Sall, cherchait-il à faire rire son auditoire ? Se moquait-il de ses « amis » Français ou… des Tirailleurs sénégalais ? De qui se moque t-on ? Le président était tellement sérieux qu’il a jugé opportun d’appeler à sa rescousse le Professeur Iba Der Thiam, présent dans la salle de conférence. Mais qu’en a donc pensé cet historien émérite, que l’on pourrait considérer comme un des plus grands spécialistes de la question  des Tirailleurs sénégalais ? Quid de cet autre éminent intellectuel, le philosophe Mamoussé Diagne, président du Comité scientifique érigé pour l’occasion, assis juste à côté du président ?

Une bourde présidentielle de plus ? Certainement. Mais de grâce, Monsieur le président, arrêtez vos bourdes : le vase est plein ! Et, avec tout le respect que nous devons à votre personne et à votre fonction, sachez-le : cette fois ci, vous nous avez fait honte, à nous tous, Sénégalais… et à « tous les autres Africains » !

Image: Wikipédia.



Bu weesoo Senegaal, mënees naa jënd sunuy téere ca Amerig, Meksig, Kanadaa ak Frãs. Ku leen soxla ci réew yi nu limul fii, mën naa jokkook nun