A propos de

Toute langue est belle…

Bienvenue sur le site d’EJO, la jeune et ambitieuse maison d’édition du Sénégal.

EJO est un mot kinyarwanfa qui a la particularité de signifier à la fois hier et demain. Nous l’avons trouvé d’autant plus fascinant que notre choix de publier dans les langues africaines est en droite ligne des enseignements de notre maitre a penser Cheikh Anta Diop. Et au coeur de sa réflexion et de ses écrits se trouve l’idée que les Noirs d’Afrique et de sa diaspora doivent mieux connaitre leur passé et en être fiers s’ils veulent faire face aux immenses défis du futur.

Le choix d’une langue parlée au Rwanda pour désigner une maison d’édition sénégalaise est de même une façon de mettre en évidence l’idéal panafricaniste dont CAD n’a jamais cessé de souligner le caractère vital.

Toute langue est belle qui élargit l’horizon de l’esprit humain et redonne à l’homme asservi le goùt de la liberté (Sëriñ Musaa Ka, poète de langue wolof, 1883-1967)

Boubacar Boris Diop — l’homme derrière EJO
Boubacar Boris Diop

Romancier, essayiste, dramaturge et scenariste, Boubacar Boris Diop est considéré comme l’un des plus importants auteurs du continent africain. Après six romans en français et deux autres en wolof, tous traduits dans plusieurs langues, il a fondé EJO pour publier dans les langues africaines et participer par ce biais a leur promotion, ce qui ne saurait étonner de la part de ce fervent disciple de Cheikh Anta Diop.

Lire la suite

Le temps de Tamango (1981), Les tambours de la mémoire (1990) et Le Cavalier et son ombre (1997) sont quelques-uns des titres qui ont fait connaitre Boubacar Boris Diop dès le début de sa carrière d’écrivain. Mais c’est avec Murambi, le livre des ossements (2000), son roman le plus célèbre, qu’il a été considéré par la critique comme l’une des figures littéraires les plus importantes d’Afrique. Il y raconte le génocide qui eut lieu en 1994 au Rwanda et durant lequel plus d’un million d’innocents ont été sauvagement tués au rythme hallucinant de 10.000 Tutsi par jour pendant 100 jours.

Boubacar Boris Diop a également publié des essais dans lesquels il analyse la situation actuelle du continent africain et exprime sa vision du futur. L’Afrique au-delà du miroir et plus récemment La gloire des imposteurs, consistant en un échange de lettres avec son amie l’emblématique Aminata Dramane Traoré, sont tous les deux dans cette veine.

En 2003, Diop publie Doomi Golo, son premier roman en wolof, sa langue maternelle. Il l’a traduit lui-même en français sous le titre Les petits de la guenon. C’était en 2009, six ans après la version originale. Malgré ce long intervalle, certains continuent à prétendre avec une étonnante mauvaise foi que l’auteur a été obligé de le traduire immédiatement en français, faute de lectorat en wolof… Ce désir de prouver à tout prix que les langues africaines n’ont aucun potentiel littéraire, est le signe infamant d’une haine de soi remontant à la nuit coloniale.

The Hidden Notebooks est la version anglaise du roman, que l’on doit à Vera Leckie et El Hadji Moustapha Diop et El libro de los secretos est la traduction espagnole de Carlos Lozano. Doomi Golo a par ailleurs été mis en ligne par la maison d’édition numérique 2709Books en bilingue wolof/espagnol. La possibilité d’un double voyage à travers le même roman dans les langues de Kocc Barma Fall et de Miguel de Cervantes Saavedra est un grand pas en avant. Cela montre que n’importe quelle langue humaine peut – et a pleinement le droit d’essayer de – conquérir le monde afin de devenir universel.

Pour montre que cela fonctionne aussi dans l’autre sens, Boubacar Boris Diop a traduit en wolof Une saison au Congo d’Aimé Césaire sous le titre Nawetu deret (2015).
Bàmmeelu Kocc Barma est son deuxième roman en wolof.

Notre équipe

Ndèye Codou Fall

Directrice Exécutive. Après des études de philosophie à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Ndèye Codou Fall se forme à l'entreprenariat à l'Iseg avant de se spécialiser en marketing à l'Ensut puis à Supdeco. Mais sa véritable et sans doute unique passion a toujours été la littérature. Ses recensions d’ouvrages dans la presse ont fini de l’imposer dans l’opinion comme une des meilleures critiques littéraires du Sénégal. Intéressée par la revalorisation des langues africaines, elle est également sensible à la cause des enfants.

Olivia Guèye

Éditrice et représentante en Amérique. Franco-Sénégalo-Canadienne, épouse, maman, entrepreneure et informaticienne.

 Après des études en France dans le domaine de l’informatique et des sciences sociales, je suis désormais installée au Canada avec ma famille depuis 2010 où je travaille dans le domaine des technologies de l’information.

Imprégnée des cultures de 3 continents, je suis également impliquée dans des projets socio-culturels tels qu’Africaccueil, service de voyage chez l’habitant au Sénégal, Covoyagement, services collaboratifs d’accompagnement et de transfert de colis.

Thierno Guèye

Éditeur. Représentant EJO en Amérique du Nord. Auteur d’une thèse de Doctorat en cotutelle des universités de Grenoble et Québec, Thierno Guèye est aussi titulaire d’une Maîtrise en Science politique de l’université de Toulouse. Actuellement professeur de philosophie au Canada, il n’en valorise pas moins au plus haut point l’esprit d’initiative. Après avoir été cofondateur de la maison d’édition les Presses panafricaines, il crée et dirige l’entreprise de voyage solidaire, d’accompagnement et de transfert de colis, « Covoyagement ». Partisan d’une réforme de tous les systèmes éducatifs africains, il se bat pour qu’au Sénégal l’enseignement soit dispensé en wolof et dans les autres langues nationales.

Ousseynou Beye

Éditeur. Enseignant retraité d’economie et de comptabilite, ce natif de la Medina a toujours été passionné de littérature et de débats intellectuels. C’est donc tout naturellement qu’il se trouve en premiere ligne pendant la revolte estudiantine de Mai 68 au Senegal. Il devient ensuite actif dans les syndicats, milite au sein de la gauche maoïste avant de rallier le Rassemblement National Démocratique de Cheikh Anta Diop. Ses discussions avec le savant changeront peu à peu son regard sur le monde. Entre deux textes d’opinion, ‘’Ouzin’’ enseigne le wolof dans divers instituts. Il est un des fondateurs de Céytu, structure de traduction en wolof.

En plus du Sénégal, nos ouvrages sont disponibles aux USA, au Mexique, au Canada et en France. Veuillez nous contacter pour les autres pays